BURN-OUT, BURN OUT, BURNOUT :
Comment traiter le burn-out à Paris?

Le burn-out,
maladie professionnelle de l’épuisement

Il fait les gros titres de la presse française et internationale. Le burn-out, syndrome d’épuisement professionnel, répand son mal comme une traînée de poudre de Paris à Rio. On constate aujourd’hui de burnout maternel, burnout des soignants notamment les infirmiers. Quels en sont les symptômes et quels traitements et solutions choisir pour soigner le burn out ?

C’est dans les années 70 que le psychothérapeute et psychiatre Herbert Freudenberger décline pour la première fois un syndrome qu’il nomme d’« épuisement professionnel ». Il a pu prendre la mesure de cette maladie en observant les soignants d’un hôpital soignant des patients toxicomanes. Ils étaient touchés par les mêmes symptômes que Freudenberger classifiera un peu plus tard comme le syndrome de l’épuisement professionnel, conséquence directe d’un « incendie intérieur » subi par les soignants au cours de leur bénévolat de soignant dans un contexte psychologique très éprouvant.

Plus de 40 ans après, sommes-nous davantage informés, à l’écoute, conscients des précautions à prendre pour notre santé face aux risques de burnout ?

La traduction de burn-out est littéralement celle de l’épuisement pour une personne. Cet épuisement généralisé peut être mental, psychique, émotionnel, physique. Ce sont toutes les ressources de l’être qui sont touchées et vidées. Le burn-out représente ce moment où plus aucune de ces ressources n’est disponible pour poursuivre sa vie personnelle, professionnelle et familiale normalement. La définition du burn-out par l’Organisation Mondiale de la Santé fait état «d’un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d'incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ». A Paris et ailleurs, de nombreuses personnes ont œuvré pour la reconnaissance de ce syndrome comme maladie professionnelle, c’est-à-dire dont les facteurs sont presque exclusivement liés à l’environnement professionnel. Néanmoins, on reconnaît aujourd’hui de plus en plus de burn-out dont les éléments déclencheurs font partie de la sphère personnelle.

En outre, un autre « incendie intérieur », plus profond et plus grave, intitulé bore out se fait plus discret. Il est souvent associé au Burn out. Les deux sont des marques de souffrance à degrés croissants.

Aujourd’hui, maintenant que ce syndrome porte un nom et peut être reconnu par les professionnels de la santé, il n’est plus question de parler de surmenage léger éventuellement dû à un épisode de stress aigu au travail, mais véritablement de burn-out. De nombreuses personnes effectuent des tests en ligne afin de savoir si leur état et leurs symptômes correspondent au burn-out. Ces tests du burn-out sont en réalité des diagnostics en ligne. Ils servaient à pallier la frustration devant ce phénomène incompris bien que les professionnels de la santé mentale dont les psychanalystes, aient toujours été formés à une écoute du sujet souffrant notamment de burn-out.

Quels sont les symptômes du burn-out?

Il existe plusieurs formes de burn-out, le plus connu est un état similaire à celui de la dépression. Les symptômes se ressemblent, à défaut d’être bien informé, il est facile de s’y méprendre.

Il est important de savoir que le burn-out, épuisement généralisé, reconnu comme maladie professionnelle, revêt différentes formes. Certes, la plus souvent rencontrée est celle qui se confond avec la dépression. Or, deux autres formes existent, elles se situent à différents niveaux de cette exposition prolongée au stress qui définit le burn-out. Ces deux autres formes de burn-out offre un spectacle de surexcitation, de frénésie de travail mais aussi d’ennui. Ces différentes formes seraient les étapes menant cet « l’incendie intérieur » évoqué par Freudenberger, un incendie qui détruit tout et créé un état de burnout.

Physiologiquement, le stress est un déclencheur d’alarmes émotionnelles, physiques, psychiques qui permettent à l’individu de se parer, de se protéger et de mettre en place les capacités et les défenses pour faire face à l’élément vecteur de stress. Mais, à forte dose, ces réponses détruisent le corps, le psychisme et même l’organisme de l’être en proie à ces tensions. Les symptômes évoqués par les patients sont le plus souvent une forte perte de motivation pour son travail et un ennui morbide qui déteignent sur la vie personnelle. La fatigue est constante ou chronique marquée par une incapacité de récupération des dettes de sommeil. L’individu s’isole notamment car son pessimisme marqué et sa frustration lui paraissent incompris aux yeux de l’entourage. Irritable, la personne éprouvée par le burnout se détache d’autant plus de l’environnement de travail duquel elle est déçue, malheureuse et souffrante. Des symptômes cognitifs s’observent aussi telles que les difficultés de concentration. L’expression corporelle et physique du burnout passe par des maux de tête, un manque d’appétit, des douleurs intestinales, dorsales, une augmentation de la tension artérielle, des tachycardies… La liste ne peut être exhaustive car la souffrance s’exprime là où elle est symbolique selon chaque être.

La place de l'être dans sa guérison

Un symptôme a une signification pour celui qui en souffre. La personne souffrante est donc la seule capable de le déchiffrer. D’où l’importance de la parole pour apporter une lumière sur ses souffrances. Déformée, masquée, sous forme de rébus, la vérité dont les symptômes témoignent, comme les rêves peuvent le faire, peut être dévoilée grâce au travail de la parole  en psychothérapie et en psychanalyse. Parole après parole, il est fait lumière sur un moment de son être à l’origine de sa souffrance. En tissant progressivement la toile, par la méthode des libres associations (voir l’article). La psychothérapie et la psychanalyse sont des traitements thérapeutiques sollicités dans de nombreux contextes  : dépression, deuil, maladie. Les patients qui s’engagent dans une psychothérapie ou une psychanalyse s’engagent avant toute chose pour eux-mêmes. Il s’agit d’un sauvetage que l’on décide pour soi, pour sortir la tête de l’eau et s’autoriser à prendre un chemin qui n’est pas celui de la douleur. Le burnout marque de son sceau l’inerte et le manque d’envie, de motivation, d’énergie, de volonté ; en somme un manque de désir qui s’est noyé ailleurs. Ce désir de le retrouver est la raison pour laquelle de nombreuses personnes s’adressent à un psychanalyste.

La psychothérapie permet d’apaiser cette souffrance tapageuse, omniprésente et qui prend le dessus sur notre réel désir. La psychanalyse offre le champ libre à celui ou celle qui désire connaître l’histoire de sa vie que l’on écrit chaque jour, comprendre ses choix, apprivoiser ses difficultés, soigner ses symptômes, améliorer sa relation à l’autre et, surtout à soi.

Le cabinet

Le cabinet de psychothérapie et de psychanalyse est ouvert du lundi au samedi de 7h à 21h.


En cas d'urgence,vous pouvez me contacter au 06 03 15 94 12.

Itinéraire du Cabinet

Métro
Ligne 7: Métro     Poissonière

Ligne 8-9: métro  Grands Boulevards
Ligne 4-5: métro  Gare de l'est
Ligne 4: métro     Chateau d'eau

RER B - RER D - RER E : ‎Gare du Nord‎

Google Map


Sitemap

Coordonnées

  • Téléphone
    01 44 79 00 01
  • Mail
    JFAUGERAS@GMAIL.COM
  • Adresse
    9 rue Ambroise Thomas
    75009 Paris